Humanité en Action : militantisme, réseau de solidarité, gardiennage...

MILITANTISME CITOYEN

  • manifestations, rassemblements
  • distribution de prospectus, affiches, flyers...
  • démarches collectives, associatives, alliances...
  • mise en place de plate-formes décentralisées 
  • organisation et structuration de réseaux solidaires
  • conseil de transition 

Sujets : accès à l'information, liberté de s'exprimer et de choisir individuellement (libre-arbitre), droit d'exister et de refuser, respect du vivant, conservation des droits humains et non humains, intégration des lois universelles dans la société (fondements de base de notre matrice de temps universelle)

AMENAGEMENT & GARDIENNAGE

  • mouvements de conservation du vivant
  • rachat de forêts
  • villages autonomes, vie en communauté
  • décentralisation des ressources énergétiques (eau, électricité...)

POURSUITE DE LA DIVULGATION SUR L'ETAT PROFOND

  • témoignages, reportages, documentaires...
  • arrestations
  • cours de justice

Sujets abordés : manipulation des médias, mensonges et censures, abus de pouvoir, politique de l'élite et des lobbies, agendas masqués, avancée du transhumanisme, cultes sataniques (Hollywood, cinéma...), trafic humain et commerce d'énergies...

[INITIATIVE : GARDIENS-NES DES TERRITOIRES]

À destination de celles et ceux qui aspirent à trouver un terrain gratuitement pour s'y installer et le régénérer : desobeissancefertile.com/gardiens

 

Après avoir réalisé que les propriétaires fonciers sont généralement âgés et ne vont pas ou peu sur les réseaux sociaux, nous avons entrepris de créer une affiche pour les sensibiliser. Cette affiche invite les propriétaires à prêter leurs parcelles pour que des collectifs puissent s'y installer et oeuvrer à améliorer les terrains.

Nous vous invitons à personnaliser ces affiches avec vos coordonnées, à les imprimer et à les coller dans les bourgs ruraux (commerces, mairies...).
Allez rencontrer ces personnes âgés pour vous faire connaitre, expliquer la démarche et les rassurer sur vos intentions.

Ensuite, suivez la démarche détaillée pour bénéficier de terrains.

"Nous sommes la nature qui se régénère." (Jonathan)

[CONSEIL DE TRANSITION DU PEUPLE FRANCAIS]

Ce conseil, établi par la Constitution de la République Démocratique Française de 1789, est entièrement légal selon le dispositif politique actuel, et prend le dessus sur la plus haute autorité mentionnée au cours des présidentielles - dans la mesure où la démocratie n'est plus appliquée. Ce Conseil agit en faveur des Droits de l'Homme et du Citoyen pour faire entendre la parole du peuple grandissant durant sa transition vers un nouveau système, et il peut être reproductible dans tous les pays qui souhaitent se libérer d'une autorité contestée. 

Depuis plusieurs années déjà, la France est dirigée par un gouvernement illégal - depuis qu'elle est entrée dans l'Europe en ignorant la majorité des voix de ses citoyens qui votaient contre - et de ce fait, la Constitution ayant été violée, le gouvernement est devenu littéralement une dictature. Aujourd'hui, l'autorité présidentielle et ministérielle étant détenue par des membres franc-maçonniens illégaux qui exercent un contrôle abusif sur la population, il n'y a désormais plus aucune légitimité à suivre les mesures et recommandations fournies.

Nous, peuple français, membres des forces de l'ordre ou personnel de l'état, sommes amenés à faire un choix :

  • transiter vers un nouveau système qui oeuvre en faveur du peuple en protégeant réellement les droits humains de chaque individu.

  • ou bien continuer d'obéir à un système illégal qui cherche à appliquer des décisions en faveur d'une minorité élitiste abusive. 

Pour suivre l'actualité du Gouvernement de Transition de la France Libre, c'est sur le site : conseilnational.tv 

 

RENTRÉE SCOLAIRE : avenant dérogatoire à transmettre à l'école et aux professeurs (cliquez pour lire)

POUR TOUS LES PARENTS CONCERNÉS (à copier, remplir, modifier, imprimer et envoyer à l'école/collège/lycée) - par Anastassia Farault

AVENANT DÉROGATOIRE A LA FICHE INFIRMERIE, D'INFORMATION SANITAIRE ET D'URGENCE SANITAIRE

Date : ......

Élève : ...... Classe : Établissement : .....

Je, soussigné/e..... , responsable légale de ......., née le ....... à ......., demande que ma fille/fils ne soit soumis/e à aucun test COVID 19 (test PCR et/ou test sérologique et/ou test salivaire, ni aucun vaccin (relatif au COVID 19 ou non) en mon absence. Conformément à la loi du 4 mars 2002 (dite loi Kouchner), je vous demande donc de bien vouloir noter en conséquence :

1) Que je n'autorise strictement personne, personnel médical ou autre, personnel du collège ou personne externe à l’établissement, à pratiquer sur mon enfant tout test ou acte médical précisé ci-dessus sans mon accord explicite écrit et après l'entretien individuel légal prévu par l'article L1111-2 Code de la santé publique Modifié par LOI n°2009-879 du 21 juillet 2009 – art 37.

2) Que si l'établissement et/ou autre entité externe à l’établissement entendait faire jouer un éventuel risque de transmission prévu par l'article L1111-2 alors je n'autorise strictement personne, personne médical ou autre, personnel du collège ou personne externe à l'établissement, force de l'ordre ou pas, à isoler mon enfant ailleurs que dans son domicile principal sis ......

3) Que, si de telles mesures venaient à être envisagées, de me prévenir immédiatement au ......... en appel voix ou SMS.

Ceci étant notre droit inaliénable, conformément aux dispositions de la LOI n°2002-203 du 4 mars 2002, traitant du droit au consentement libre et éclairé des patients en particulier (extraits non exhaustifs que je vous rappelle ci-dessous) :

L1111-2 alinéa 1er du Code de la santé publique « toute personne a le droit d'être informée sur son état de santé... » Cette information porte sur les différentes investigations, traitements ou actions de prévention qui sont proposés, leur utilité, leur urgence éventuelle, leurs conséquences, les risques fréquents ou graves normalement prévisibles qu'ils comportent ainsi que sur les autres solutions possibles et sur les conséquences prévisibles en cas de refus.

Alinéa 3 : Cette information est délivrée au cours d'un entretien individuel...

Alinéa 5 : Les droits des mineurs mentionnés au présent article sont exercées par les titulaires de l’autorité parentale...

Pour faire valoir ce que de droit, applicable à partir du ......., sans prescription ni dérogation possible sans nouvel écrit de ma part.

 

Répertoire des ASSOCIATIONS (cliquez pour lire)

 

SANTE


Initiative Citoyenne - association de lutte contre les vaccins réunissant des sympathisants, médecins et autres professionnels de la santé en Belgique, France et Suisse notamment. 

Außerparlamentarischer Corona Untersuchungsausschuss (commission d'enquête extra-parlementaire sur le corona)- organisation de médecins et professionnels internationnaux luttant contre la manipulation mondiale (disponible en version française)

 

JUSTICE-GESTION


CLIC (Citoyens Lobbyistes d'Intérêts Communs - le pouvoir d'agir) - regroupement de citoyens qui renforce la capacité d'agir 

Initiative Citoyenne - association de lutte contre les vaccins

Noublionsrien - regroupement d'avocats français protégeant les citoyens durant la crise sanitaire

Reaction 19 - association de Carlo Brusa mettant à disposition tous les moyens de lutte juridiques et judiciaires contre les mesures et restrictions des libertés individuelles et collectives imposées par les autorités.

Articles de LOIS protégeant les libertés individuelles (cliquez pour lire)


TOUTE PERSONNE PREND LES DECISIONS CONCERNANT SA SANTE

(Lire le Code de la Santé Publique)

Article L1111-4

Toute personne prend, avec le professionnel de santé et compte tenu des informations et des préconisations qu'il lui fournit, les décisions concernant sa santé.

Toute personne a le droit de refuser ou de ne pas recevoir un traitement. Le suivi du malade reste cependant assuré par le médecin, notamment son accompagnement palliatif.

Le médecin a l'obligation de respecter la volonté de la personne après l'avoir informée des conséquences de ses choix et de leur gravité. Si, par sa volonté de refuser ou d'interrompre tout traitement, la personne met sa vie en danger, elle doit réitérer sa décision dans un délai raisonnable. Elle peut faire appel à un autre membre du corps médical. L'ensemble de la procédure est inscrite dans le dossier médical du patient. Le médecin sauvegarde la dignité du mourant et assure la qualité de sa fin de vie en dispensant les soins palliatifs mentionnés à l'article L. 1110-10.

Aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment.

Lorsque la personne est hors d'état d'exprimer sa volonté, aucune intervention ou investigation ne peut être réalisée, sauf urgence ou impossibilité, sans que la personne de confiance prévue à l'article L. 1111-6, ou la famille, ou à défaut, un de ses proches ait été consulté.

Lorsque la personne est hors d'état d'exprimer sa volonté, la limitation ou l'arrêt de traitement susceptible d'entraîner son décès ne peut être réalisé sans avoir respecté la procédure collégiale mentionnée à l'article L. 1110-5-1 et les directives anticipées ou, à défaut, sans que la personne de confiance prévue à l'article L. 1111-6 ou, à défaut la famille ou les proches, aient été consultés. La décision motivée de limitation ou d'arrêt de traitement est inscrite dans le dossier médical.

Le consentement du mineur ou du majeur sous tutelle doit être systématiquement recherché s'il est apte à exprimer sa volonté et à participer à la décision. Dans le cas où le refus d'un traitement par la personne titulaire de l'autorité parentale ou par le tuteur risque d'entraîner des conséquences graves pour la santé du mineur ou du majeur sous tutelle, le médecin délivre les soins indispensables.

L'examen d'une personne malade dans le cadre d'un enseignement clinique requiert son consentement préalable. Les étudiants qui reçoivent cet enseignement doivent être au préalable informés de la nécessité de respecter les droits des malades énoncés au présent titre.

Les dispositions du présent article s'appliquent sans préjudice des dispositions particulières relatives au consentement de la personne pour certaines catégories de soins ou d'interventions.

 


 

LA BIOETHIQUE ET LES DROITS DE L'HOMME DOIVENT ETRE RESPECTES

(Lire la Déclaration Universelle de l'UNESCO)

 

Article premier – Portée

1. La présente Déclaration traite des questions d’éthique posées par la médecine, les sciences de la vie et les technologies qui leur sont associées, appliquées aux êtres humains, en tenant compte de leurs dimensions sociale, juridique et environnementale.

2. La présente Déclaration s’adresse aux États. Elle permet aussi, dans la mesure appropriée et pertinente, de guider les décisions ou pratiques des individus, des groupes, des communautés, des institutions et des sociétés, publiques et privées.

 

Article 3 - Dignité humaine et droits de l’homme

1. La dignité humaine, les droits de l’homme et les libertés fondamentales doivent être pleinement respectés.

2. Les intérêts et le bien-être de l’individu devraient l’emporter sur le seul intérêt de la science ou de la société.

 

Article 5 - Autonomie et responsabilité individuelle

L’autonomie des personnes pour ce qui est de prendre des décisions, tout en en assumant la responsabilité et en respectant l’autonomie d’autrui, doit être respectée. Pour les personnes incapables d’exercer leur autonomie, des mesures particulières doivent être prises pour protéger leurs droits et intérêts.

 

Article 6 – Consentement

1. Toute intervention médicale de caractère préventif, diagnostique ou thérapeutique ne doit être mise en œuvre qu’avec le consentement préalable, libre et éclairé de la personne concernée, fondé sur des informations suffisantes. Le cas échéant, le consentement devrait être exprès et la personne concernée peut le retirer à tout moment et pour toute raison sans qu’il en résulte pour elle aucun désavantage ni préjudice.

2. Des recherches scientifiques ne devraient être menées qu’avec le consentement préalable, libre, exprès et éclairé de la personne concernée. L’information devrait être suffisante, fournie sous une forme compréhensible et indiquer les modalités de retrait du consentement. La personne concernée peut retirer son consentement à tout moment et pour toute raison sans qu’il en résulte pour elle aucun désavantage ni préjudice. Des exceptions à ce principe devraient n’être faites qu’en accord avec les normes éthiques et juridiques adoptées par les États et être compatibles avec les principes et dispositions énoncés dans la présente Déclaration, en particulier à l’article 27, et avec le droit international des droits de l’homme.

3. Dans les cas pertinents de recherches menées sur un groupe de personnes ou une communauté, l’accord des représentants légaux du groupe ou de la communauté concerné peut devoir aussi être sollicité. En aucun cas, l’accord collectif ou le consentement d’un dirigeant de la communauté ou d’une autre autorité ne devrait se substituer au consentement éclairé de l’individu.

 

Article 16 - Protection des générations futures

L’incidence des sciences de la vie sur les générations futures, y compris sur leur constitution génétique, devrait être dûment prise en considération.

 

 

APPEL A SIGNATURES DES PROFESSIONNELS DE LA SANTE

Un collectif de professionnels de santé a lancé ce jour un “Message d’alerte international” adressé aux gouvernements et citoyens du monde entier. Parmi les signataires, des médecins de nombreux pays et plusieurs professeurs en médecine dont le microbiologiste et spécialiste en maladies infectieuses et tropicales Martin Haditsh.

 Article COVID infos 

 Document PDF à imprimer et signer  

 

 

PETITIONS CONTRE LE PORT DU MASQUE OBLIGATOIRE

NON au port du masque obligatoire !

NON au masque comme nouvelle norme sociale !

 Pétition Belge  

 

*     *     *

Déclaration à imprimer et envoyer contre toute contravention ! (FR)

Declaration d illegalite port masque

 

Vidéos sur l'état profond

 
1669083 2

Ajouter un commentaire